# regarder les touristes qui ont envahi le marché, les entendre se disputer pour savoir si c'est restaurant ou sandwich et se dire que je ne vivrai plus cela cet été 

# avoir envie de fermer la porte du bureau pour ne voir personne

# laisser partir ma fille en pleurs chez son père, incapable d'en verbaliser la raison, être complètement démunie, anéantie par cette impression de l'envoyer dans un endroit qui ne lui convient pas, et lui qui ne veut rien voir, rien changer. 

# on a beau se savoir costaud et sûre de ses choix, tout cela est accablant. Après les premiers temps, finalement sereins, depuis janvier, j'ai la sensation d'une lente glissade.